Discerner sa vocation

« Eprouvez les esprits pour savoir s’ils viennent de Dieu ». (1 Jn 4,1)

 

 

Le temps du discernement

 


La formation au sacerdoce est dans son ensemble un temps de discernement, et plus spécialement encore, l’année de fondation spirituelle.

Ainsi, il ne faudrait pas attendre d’avoir des certitudes pour demander à entrer en propédeutique: c’est une année qui offre tous les outils nécessaires pour vivre ce chemin accompagné et à plusieurs. Toutefois, pour que cette année soit profitable au maximum, il est bon d’avoir pris note de plusieurs points importants.

 

 

Principes essentiels

 

Tout d’abord, il est normal de se poser la question d’une vocation spécifique, notamment celle de prêtre diocésain. Ce devrait être le lot commun de tout jeune homme catholique.

Voici 4 grands principes qui permettent d’avancer dans un premier discernement :

1- Être accompagné par un père spirituel. Il s’agit de relire avec lui, à la lumière de l’Esprit Saint, à la fois sa vie ordinaire de baptisé, et plus particulièrement, ce désir, cette interrogation, ce questionnement, cet attrait concernant le sacerdoce.

2- Mettre en place une vie de prière sérieuse : prière silencieuse quotidienne, fréquentation de la Parole de Dieu, participation à la messe dominicale (au minimum), célébration régulière du sacrement de réconciliation…

3- Servir et participer à la vie de l’Église : en s’engageant sur sa paroisse, dans un groupe de prière, dans un mouvement scout, dans des missions d’évangélisation… ou tout autre activité ecclésiale.

4- Rencontrer d’autres jeunes hommes qui sont sur ce même chemin de questionnement. Certains diocèses proposent des groupes spécifiques. Généralement, il faut contacter son diocèse, pour entrer en contact avec les différents groupes qui existent.

« Vous voyez donc combien c’est une chose grande et bien difficile que de reconnaître une bonne vocation, néanmoins, c’est la première chose qui est requise pour donner sa voix, de savoir si cette personne proposée est bien appelée et si sa vocation est bonne. »
St François de Sales, Entretiens 19